Accueil

Histoire

Chronologie

Architecture

Photos

Animations

Conditions d'accès

Liens

 

 

Histoire

 

  • Le fief de Château-Couvert relevait du fief de Saintes. Il était rattaché à la Seigneurie de Matha pour la haute justice sur Migron.
  • Il est mentionné dans un acte notarié pour la première fois en 1189, date à laquelle Jeanne de Bourg, Dame de Château-Couvert, Mons, Ecoyeux, etc., épouse Seguin d’Authon, chevalier, seigneur d’Authon. La terre restera possession de leurs descendants du nom pendant trois siècles.
  • En 1253, le titulaire en est Pierre d’Authon, qui reçoit hommage de Jean d’Authon pour son hébergement de La Bernardière en Périgord. Ce dernier fief sera donné, en 1315, par Pierre, fils de Richard d’Authon, écuyer, seigneur d’Authon et Château-Couvert, à son neveu Seguin d’Authon. Hugues, parent des précédents, sert avec trois écuyers au ban de 1337, et fait aveu pour Château-Couvert en 1340.
  • Le fief passe ensuite à Guillaume d’Authon, également seigneur d’Authon, lequel teste* en 1362, élisant sépulture en l’église de Migron et instaurant son épouse, Péronelle de Fayolle, tutrice de leur fils Jean. Ce dernier, seigneur en Aujac, légataire en 1395 de son parent Seguin d’Authon, patriarche d’Antioche et archevêque de Tours, hérite encore l’hébergement et l’hôtel de Château-Couvert.

Jean d’Authon rend hommage, en 1404, à l’évêque de Saintes, puis, pour la haute justice, l’année suivante, à Eléonore de Périgord, Dame de Matha. Semblable procédure se répète en 1410, 1417, 1423 et 1440. Jean d’Authon meurt peu après (avant 1444), laissant de Philippe de Torsay huit enfants dont l’aîné, Jean, marié avec Marguerite de Mareuil, hérite, outre Authon et Mons en Saintonge, Les Benardières en Périgord, Le Bourdet et Les Combes en Périgord.

Pernelle d’Authon, soeur de ce dernier Jean, a épousé, vers 1450, Arnaud Gombaud, écuyer, seigneur de La Gombaudière en Oléron ; c’est sans doute du fait de cette union qu’après le décès de Jean d’Authon (1465), Château-Couvert devient propriété de la famille Gombaud. En effet, le 24 octobre 1467, Michèle, vraisemblablement leur fille, est dite Dame du lieu ; elle reçoit de François de Montbron, seigneur de Matha, quittance de lods** et ventes pour les rachats de la haute justice attachée à Château-Couvert.

  • Le 31 mai 1497, Jean Vigier, écuyer, époux de Jeanne Gombaud, donne aveu pour cette haute justice à la Dame de Montbron de Matha, Jeanne de Vendôme ; témoin au mariage de François Bouchard, écuyer, seigneur de Saint-Martin-de-La-Coudre, et de Juliette Goumard (25 janvier 1505). Jean Vigier en rendra encore hommage, le 21 août 1510, à Louise, comtesse d’Angoulême et de Matha. Il était mort avant le 24 novembre 1512, date à laquelle sa veuve apparaît dans une transaction concernant la construction du château de Brasseau...
  • Par la suite, Château-Couvert passe entre les mains de François Vigier (aveu pour la haute justice à Migron du 28 décembre 1524), puis entre celles de Arnaud Vigier, qualifié seigneur du lieu dès le 2 juin 1553. Ce dernier semble convoler une première fois avec Madeleine de La Rochandry ; ils figurent en effet tous deux dans un contrat d’emprunt passé au logis noble de Château-Couvert le 21 janvier 1564 (Micheau, notaire) en faveur de Jules de Beaumont, écuyer, seigneur de Rioux. D’après une transaction du 19 novembre 1578, à propos de la succession de Bonaventure Georgeau, Dame de La Touche-Georgeau, il semble alors remarié avec Jeanne Prévost.
  • Arnaud Vigier rend encore hommage pour sa haute justice sur Migron à André de Bourdeille, seigneur de Matha, le 15 septembre 1579, puis à l’évêque de Saintes pour le logis noble de Château-Couvert, le 29 novembre suivant. A sa mort survenue sans doute peu après, la terre devient propriété de Perrette Vigier, dont la mère était née Jeanne Gombaud ; qui aurait épousé d’abord Guy d’Angliers, écuyer, seigneur de Montroy (dont postérité fondue dans les Polignac de la branche de Saint-Germain), puis Jean de Polignac et enfin, le 26 mars 1578, Hilaire de Céris.
 

Arnaud Vigier rend encore hommage pour sa haute justice sur Migron à André de Bourdeille, seigneur de Matha, le 15 septembre 1579, puis à l’évêque de Saintes pour le logis noble de Château-Couvert, le 29 novembre suivant. A sa mort survenue sans doute peu après, la terre devient propriété de Perrette Vigier, dont la mère était née Jeanne Gombaud ; et qui aurait épousé d’abord Guy d’Angliers, écuyer, seigneur de Montroy (dont postérité fondue dans les Polignac de la branche de Saint-Germain), puis Jean de Polignac et enfin, le 26 mars 1578, Hilaire de Céris.

Hilaire de Céris, au nom de sa femme, fournit à Nicolas, évêque de Saintes, le dénombrement de la terre et seigneurie de Château-Couvert, le 24 février 1583, et lui en fait aveu le 28 mars suivant. Hélie de Céris, issu de Hilaire et de Perrette Vigier, est qualifié seigneur du lieu lors de son mariage célébré selon le rite réformé, le 23 avril 1599, avec Esther Poussard, Dame du Haut-Vandré. Leur postérité n’hérite pas Château-Couvert qui passe à Jean, né d’une première union de Hilaire de Céris avec Jeanne de Couchaud, et marié lui-même avec Jeanne de Puyvert (contrat du 26 avril 1593, passé devant Audayer, notaire). La succession de ces derniers est réglée le 10 juin 1628 ; la terre est attribuée à leur fils aîné.

  • Alexandre de Céris, époux de Madeleine Le Royer (contrat de mariage du 13 juin 1617, Porcheron et Royer, notaires), lesquels auront au moins Alexandre, seigneur de Château-Couvert et Boissec ; maintenu dans sa noblesse par M. d’Aguesseau (7 avril 1668). Il continuera la lignée en convolant, le 5 mai 1658, avec Marguerite des Gittons de Puyvert. Cinq enfants leur naîtront, l’aîné, Alexandre, recevra Château-Couvert et s’unira par contrat du 22 juillet 1693 (Chabot et Surreau, notaires) avec Charlotte de Brouillac. Il était mort avant le 19 mars 1728, date à laquelle sa veuve, tutrice et curatrice de ses enfants mineurs consent, avec ceux qui sont majeurs, un compromis sur partage de la succession paternelle, avec l’arbitrage de François de Bouhet, écuyer, seigneur du Portail.
  • Alexandre-Charles, l’aîné, hérite Château-Couvert. Il avait épousé, le 21 août 1723, Marie-Angélique de Saint Martin ; il disparaît avant le 21 juin 1737, date du remariage de sa veuve avec François Tison, chevalier, seigneur de Coulonges. Il n’avait laissé qu’une fille et héritière Marguerite-Charlotte de Céris, unie le 16 juin 1752 à Hector-Louis de Saint-Georges, chevalier, seigneur de Dirac. Elle sera la dernière de son nom à Château-Couvert. Veuve depuis juin 1779, elle sera incarcérée à Brouage en 1794 et ne mourra qu'en 1816, laissant trois fils célibataires et une fille, Marie-Madeleine, née le 6 juin 1754. Celle-ci, d’abord chanoinesse de Remiremont, épousera par contrat du 6 mars 1779, Charles-Alexandre-Bernard-Théodore-Philippe-Etienne, comte de Raugrave, vicomte de Challeux, colonel à la suite du Royal-Allemand. Au décès de ce dernier, elle vend Château-Couvert (1819).
  • Il est acquis par Charles-Joseph-Nicolas, baron de La Laurencie, ancien chevau-léger, chevalier de saint Louis, maire de Saint-Jean-d’Angély (nommé le 11 avril 1816, démissionnaire le 7 août 1830), petit-fils de Bertrand de La Laurencie et de Marie-Anne Thomas d’Authon. Il décède sans postérité en 1860. Le domaine est partagé entre ses héritiers ; l’édifice échoit à sa cousine germaine Marie-Anne de La Laurencie, épouse de François Maurin, qui le vend le 15 janvier 1861 conjointement à Jacques Mesnard et à François Huguet.
Château-Couvert est vendu le 11 septembre 1861 à la société immobilière Dutont et Dumas fils, laquelle s’en dessaisit le 14 mars 1863 au profit de Jean-Antonin Renault, négociant en eaux-de-vie à Cognac.
  • Jean-Antonin Renault acquiert alors le reste du domaine et les dépendances aux autres héritiers de Charles-Joseph-Nicolas de La Laurencie et transmet l’ensemble à sa fille Marie-Louise Renaud, épouse de George Formey de Saint-Louvent. Leurs fils René Formey de Saint-Louvent épouse Lucie Hennessy. Leurs fille Marie-Thérèse (comtesse Attale du Parc) transmet Château-Couvert par filliation à son fils ainé le comte Maurice du Parc, qui en est l'actuels propriétaires.
* tester : faire un testament

** lods : taxes